Ryanair accélère en Italie sauf à Rome

0
Ryanair accélère en Italie sauf à Rome

Ryanair va développer son réseau et son trafic en Italie, un pays que la compagnie aérienne juge « mal desservi » . Toutefois, la croissance s’effectuera ailleurs que dans la capitale italienne : Ryanair estime que le gestionnaire des aéroports de Rome « impose des coûts trop élevés » .

Ryanair a annoncé le 27 juillet une hausse de 12,5% de son trafic en Italie, avec l’ouverture de 44 nouvelles routes pour l’hiver 2017/2018. L’une de ces lignes a été présentée : la low-cost irlandaise reliera Rome-Fiumicino à Tel Aviv, à raison d’un vol quotidien à partir de la fin octobre.

Pour autant, Ryanair a précisé dans un communiqué que sa croissance en Italie portera ailleurs qu’à Rome et « principalement sur les aéroports à bas prix situés à Milan, Naples et Venise » . A contrario, « les clients romains seront à nouveau pénalisés et ne profiteront pas de la croissance remarquable de Ryanair en raison des coûts élevés imposés par Aeroporti di Roma » .

Ryanair n’est pas la première low-cost à se plaindre des tarifs du gestionnaire aéroportuaire romain. easyJet a fermé sa base de Rome-Fiuminco en avril 2016 notamment pour cette raison. La compagnie orange évoquait alors des redevances passagers élevées « qui ont plus que doublé depuis 2012 » .

Malgré ses remontrances, Ryanair proposera cet hiver 13 lignes à Rome-Fiumicino et plus de quarante à Rome-Ciampino.

Ryanair s’intéresse à l’Italie

Le marché italien retient d’ailleurs l’attention de Ryanair qui y voit des opportunités. David O’Brien, le directeur commercial, estime que l’Italie pourrait bénéficier d’une connectivité plus développée. Selon le quotidien Il Sole 24 Ore, il a déclaré la semaine dernière, lors d’une conférence de presse, que l’Italie est « tout à fait mal desservie » et que le Sud du pays « a besoin de vols directs » . En outre, David O’Brien a suggéré que les cotes adriatique et ionienne s’inspirent de ce qu’a fait l’Espagne avec la Costa Brava en créant une « marque unique » .

Ryanair s’intéresse aussi à Alitalia, dont la mise en vente a été lancée en mai dernier. La compagnie irlandaise a fait une offre non contraignante il y a deux semaines. Son idée est d’alimenter les vols long-courriers par des services low-cost. « Nous pensons qu’Alitalia a beaucoup de potentiel » , a estimé David O’Brien. Toutefois, Ryanair veut s’assurer qu’Alitalia est « en bonne santé » avant d’aller plus loin dans ce dossier.

 

Photo © Paul BANNWARTH

Laisser un commentaire