Privée du soutien financier d’Etihad, Airberlin se déclare en faillite

1
Privée du soutien financier d’Etihad, Airberlin se déclare en faillite

Airberlin, la deuxième compagnie aérienne d’Allemagne, s’est déclarée en faillite mardi 15 août après que son actionnaire Etihad Airways lui a retiré son soutien financier. Les vols se poursuivent normalement, grâce à la mise en place par le gouvernement allemand d’un prêt relais de 150 millions d’euros. En parallèle, Lufthansa et une autre compagnie aérienne négocient avec Airberlin la reprise de certains actifs. Ryanair voit dans cette affaire une entorse aux réglementations allemande et européenne sur la concurrence et porte plainte.

Airberlin a annoncé mardi 15 août qu’elle entame une procédure d’insolvabilité auprès du tribunal de Berlin-Charlottenburg « afin de poursuivre le processus de restructuration déjà en cours » . La compagnie ajoute qu’elle bénéficie du soutien du gouvernement fédéral allemand, de Lufthansa et « d’autres partenaires » . De cette manière, tous les vols ainsi que ceux de sa filiale autrichienne NIKI sont maintenus, comme la possibilité de procéder à de nouvelles réservations. « L’arrière-plan de l’annonce d’aujourd’hui est la notification par Etihad que ce groupe n’a plus l’intention de fournir à Airberlin un soutien financier » , explique Airberlin.

Etihad s’est lassée d’éponger les dettes d’Airberlin

Etihad Airways coupe ainsi les vivres à une deuxième filiale européenne, après Alitalia. Elle détient 29,2% d’Airberlin depuis 2012. Il faut dire que la compagnie nationale d’Abu Dhabi a vu ses propres comptes virer au rouge lors du dernier exercice. En outre, elle s’est manifestement lassée de soutenir à bout de bras Airberlin. Malgré de nombreux plans de restructuration, la compagnie allemande a été constamment déficitaire depuis 2008, à l’exception d’un maigre bénéfice en 2012. Sa dette nette atteint 1,2 milliard d’euros.

Etihad a réagi à l’annonce d’Airberlin dans un communiqué :

« Nous avons été informés qu’Airberlin s’est déclarée en faillite. Ce développement est extrêmement décevant pour toutes les parties, d’autant plus qu’Etihad a apporté un soutien important à Airberlin pour ses précédents problèmes de liquidité et pour ses efforts de restructuration au cours des six dernières années » .

« En avril de cette année, Etihad a versé 250 millions d’euros de financement supplémentaire à Airberlin pour aider la compagnie aérienne à explorer des options stratégiques. Cependant, les activités d’Airberlin se sont détériorées à un rythme sans précédent, ce qui l’a empêchée de surmonter ses défis importants et de mettre en œuvre des solutions stratégiques alternatives » .

« Dans ces circonstances, en tant qu’actionnaire minoritaire, Etihad ne peut poursuivre un financement qui augmenterait encore son exposition financière » .

Le gouvernement allemand et Lufthansa à la rescousse d’Airberlin

Privée d’argent frais, Airberlin a fait appel aux deniers publics. « Le gouvernement fédéral allemand a décidé de mettre en place un prêt transitoire de 150 millions d’euros. Airberlin peut poursuivre ses opérations de vol. La cessation d’activité est ainsi évitée » , a annoncé mardi le ministère allemand de l’Économie dans un communiqué. Il justifie sa décision par la volonté de ne pas laisser sur le carreau « des dizaines de milliers de voyageurs » en pleine période de vacances.

Le gouvernement allemand poursuit : « Depuis quelque temps, Airberlin est en discussion avec d’autres transporteurs. Les négociations d’Airberlin pour vendre des actifs à Lufthansa et une autre compagnie aérienne sont très avancées, de sorte que les décisions de Lufthansa et de l’autre compagnie aérienne pourraient être finalisées dans les semaines à venir » .

Si la presse allemande avance que « l’autre compagnie aérienne » est easyJet, l’intervention de Lufthansa était quant à elle attendue. Depuis le printemps dernier, le groupe loue auprès d’Airberlin 38 Airbus A320 et des équipages pour ses filiales Eurowings et Austrian Airlines.

Le groupe Lufthansa s’est d’ailleurs empressé d’indiquer qu’il « soutient les efforts de restructuration d’Airberlin conjointement avec le gouvernement allemand. Cela garantit également que tous les appareils actuellement exploités par Airberlin dans le cadre d’un contrat de wet-lease pour le compte d’Eurowings et d’Austrian Airlines continueront de voler comme précédemment. Lufthansa est déjà en négociations avec Airberlin pour reprendre des parties du groupe Airberlin et explore la possibilité d’embaucher du personnel supplémentaire » .

Ryanair porte plainte

Cette affaire a provoqué l’ire de Ryanair. « Cette insolvabilité fabriquée est clairement mise en place pour permettre à Lufthansa de reprendre Airberlin sans ses dettes, ce qui enfreindra toutes les règles de concurrence allemandes et européennes connues » , a protesté la low-cost irlandaise dans un communiqué.

Ryanair annonce ainsi avoir déposé en date du 15 août des plaintes auprès de l’office allemand de la concurrence (Bundeskartellamt) et de la Commission européenne. La compagnie dénonce « la conspiration évidente du gouvernement allemand, de Lufthansa et d’Airberlin pour découper les actifs d’Airberlin tout en excluant les principaux concurrents et en ignorant les règles de l’Union européenne sur la concurrence et les aides d’État » .

 

Photo © Paul BANNWARTH

 

  1. J’ai réservé aller retour paris berlin pour la fin octobre, déjà un changement d horaires a eu lieu, j’espère que les vols ne seront pas annulés..

Laisser un commentaire