IATA : la sécurité du transport aérien s’est améliorée en 2017

0
564
vues
avion_dominik-scythe-193114
Photo Dominik Scythe / Unsplash / CC0

La sécurité du transport aérien a continué de s’améliorer en 2017, a indiqué jeudi l’Association du transport aérien international (IATA), qui a compté 6 accidents mortels et 19 décès pour 41,8 millions de vols et 4,1 milliards de passagers.

Aucun des 6 accidents mortels n’impliquait un avion à réaction de transport de passagers, a précisé l’association, confirmant ainsi une étude de l’Aviation Safety Network publiée en début d’année.

Cinq accidents ont concerné des turbopropulseurs et le sixième a touché un avion à réaction de transport de fret, en l’occurrence un Boeing 747-400F de la compagnie turque MyCargo Airlines qui s’est écrasé le 16 janvier 2017 à Bichkek au Kirghizistan. L’écrasement de ce dernier a aussi causé la mort de 35 personnes au sol, en plus des membres de l’équipage.

Chez les quelque 280 compagnies aériennes membres de l’IATA, il n’y a eu ni accident mortel ni perte de coque en 2017, tant pour les avions à réaction que pour les turbopropulseurs.

Les 6 accidents mortels et 19 décès de 2017 marquent une amélioration par rapport aux cinq années précédentes (2012-2016), dont la moyenne était de 10,8 accidents mortels et environ 315 décès par année. Pour la seule année 2016, il y avait eu 9 accidents mortels et 202 décès.

“L’année 2017 a été très bonne sur le plan de la sécurité aérienne. Quelque 4,1 milliards de voyageurs ont emprunté en toute sécurité un total de 41,8 millions de vols”, a déclaré Alexandre de Juniac, le directeur général de l’IATA. “Nous avons constaté une amélioration de presque tous les paramètres clés – à l’échelle mondiale et dans la plupart des régions.”

En particulier, “l’Afrique subsaharienne continue d’accomplir de grands progrès en matière de sécurité”, a noté Alexandre de Juniac. Pour la deuxième année consécutive, les compagnies aériennes d’Afrique n’ont subi ni accident mortel impliquant des jets ou des turbopropulseurs, ni perte de coque d’avion à réaction.

Le Moyen-Orient, l’Afrique du Nord, l’Amérique du Nord et l’Asie du Nord n’ont également connu aucune perte de coque d’avion à réaction en 2017.

À l’échelle mondiale, les accidents touchant des turbopropulseurs ont représenté 44 % de tous les accidents survenus en 2017, et 85 % des accidents mortels. Néanmoins, dans toutes les régions, la sécurité des turbopropulseurs s’est améliorée en 2017, comparativement à leurs moyennes respectives sur cinq ans.

Le bilan de la sécurité aérienne est déjà moins bon en 2018 que l’année dernière : 71 personnes ont péri dans l’accident de Saratov Airlines le 11 février en Russie, et 65 autres dans celui d’Iran Aseman Airlines en Iran le 20 février.

“En 2017, des incidents et des accidents sont survenus, dont nous allons tirer des leçons en appliquant notre processus d’enquête, tout comme nous tirerons des leçons des récentes tragédies en Russie et en Iran”, a déclaré Alexandre de Juniac. “À ces connaissances s’ajoutent des observations faites sur les millions de vols effectués en toute sécurité. Les données tirées de ces opérations permettent la mise au point d’analyses prédictives qui nous permettront éventuellement d’éliminer les facteurs susceptibles d’occasionner des accidents”, a-t-il assuré.

IATA : Rendement en matière de sécurité en 2017

Laisser un commentaire