Le deuxième C919 effectue son vol inaugural

0
414
vues
COMAC_C919_premier_vol_5_mai_2017
Image d'archives : premier vol du C919 le 5 mai 2017 - photo COMAC

Le deuxième prototype du COMAC C919 a réalisé dimanche 17 décembre son vol inaugural, sept mois après le premier exemplaire.

Le C919 AC102 portant l’immatriculation B-001C a décollé de l’aéroport Shanghai-Pudong à 10h34 pour s’y poser deux heures plus tard. COMAC a indiqué sur son compte Twitter que l’appareil a atteint l’altitude de 15 000 pieds (4 572 mètres) et la vitesse de 250 noeuds (463 kilomètres / heure).

Ce premier vol d’essai était prévu initialement vendredi 15 décembre mais COMAC l’a reporté de 48 heures sans explications.

Après de multiples retards, le vol inaugural du premier prototype (AC101, B-001A) a été réalisé le 05 mai dernier. Depuis lors, l’appareil a effectué plusieurs vols d’essais. Le plus long a eu lieu il y a un mois, le 10 novembre, entre Shanghai et Xi’an, soit 1 300 kilomètres et 2h24 de vol.

En tout, COMAC assemblera six prototypes du C919. La campagne d’essais devrait durer au moins trois ans, ce qui placerait l’entrée en service au plus tôt en 2020.

Le C919 est conçu pour 158 à 168 passagers avec un rayon d’action de 4.075 kilomètres à 5.555 kilomètres selon les versions. De nombreux équipementiers occidentaux participent au programme. Pour autant, l’avion concrétise les ambitions industrielles de la Chine dans le cadre du plan « Made in China 2025 »  qui couvre plusieurs secteurs dont l’aéronautique.

Comme les Airbus A320neo et Boeing 737 MAX avec lesquels il entend rivaliser, le C919 reçoit une motorisation LEAP de CFM International, une co-entreprise entre l’américain General Electric et le français Safran Aircraft Engines. La variante LEAP-1C qui lui est destinée a obtenu la certification conjointe de l’EASA et de la FAA en décembre 2016.

COMAC a annoncé au début du mois avoir enregistré 785 commandes et intentions de commandes pour le C919, après un contrat signé avec ICBC Leasing pour 55 appareils supplémentaires.

COMAC, qui est détenu par l’État chinois, produit également l’ARJ21, un avion régional de 70 à 90 sièges et disposant d’un rayon d’action de 2 225 à 3 700 kilomètres. Il a été certifié par l’Autorité de l’aviation civile chinoise mais pas encore par les agences européenne et américaine. Ses opérations sont donc limitées pour le moment à la Chine.

COMAC compte également développer, cette fois avec l’avionneur national russe United Aircraft Corporation (UAC), un gros-porteur dénommé C929 dont la version -600 aura une capacité de 280 passagers et un rayon d’action de 12 000 kilomètres.

Laisser un commentaire