United étudie le renouvellement de sa flotte

0
1297
vues
Boeing_767-300ER_United_Airlines
Boeing 767-300ER de United Airlines à Zurich - Photo Paul BANNWARTH

La compagnie United Airlines étudie différents avions pour renouveler à court terme ses Boeing 757 et 767, et à plus long terme ses Airbus A319/A320 et Boeing 737-700/800.

Selon une présentation du vice-président Gerry Laderman en date du 27 février, United considère comme options possibles pour remplacer les 757 et 767 une variété de modèles : les 737 MAX 10, A321neo, 787-8, A330-800 et le futur NMA de Boeing (New Mid-sized Airplane, déjà appelé 797 par certains).

Les 77 757-200 et 757-300 de United sont âgés de 20,1 ans en moyenne et ses 35 767-300ER, de 22,7 ans en moyenne. Une décision sur leur remplacement approcherait, la compagnie visant une durée de vie d’environ 25 ans pour ces avions. Les 16 767-400ER sont quant à eux un peu moins âgés (16,5 ans en moyenne).

À plus long terme, United pense également remplacer 66 A319ceo (17 ans en moyenne) et 97 A320ceo (19,8 ans), ainsi que 40 737-700 (19 ans) et 141 737-800 (14,1 ans). Là aussi plusieurs avions retiennent son attention : Airbus A319 et A320 d’occasion, A319neo et A320neo, Boeing 737-700 et 737-800 d’occasion, 737 MAX 7 et MAX 8, Embraer E190-E2 et E195-E2, Bombardier CS100 et CS300.

Cette présentation a été effectuée dans le cadre de la conférence Global High Yield and Leverage Finance organisée par la banque JP Morgan à Miami du 26 au 28 février 2018, à laquelle participaient 200 sociétés et un millier de représentants d’institutions financières. United en a profité pour revenir sur ses décisions passées en matière de flotte.

Ainsi a-t-elle expliqué que son plan de flotte offre de la flexibilité. En cas de ralentissement économique, la compagnie a la possibilité d’exploiter jusqu’à 120 avions de moins que prévu en 2020, en retournant des appareils aux loueurs et en gérant son carnet de commandes.

United a également fait valoir l’intérêt de détenir des avions d’occasion. “Nous pouvons posséder deux A319 d’occasion pour un coût inférieur à un MAX 9 ou un MAX 10”, avec un “profil de risque plus faible” et “un retour sur investissement plus élevé”, a noté Gerry Laderman.

Laisser un commentaire