Emirates veut collaborer avec Etihad

Et Etihad ne ferme pas la porte.

0
845
vues
Boeing_777-300_Emirates
© Paul BANNWARTH

Basées toutes les deux aux Émirats arabes unis, Emirates Airline et Etihad Airways sont aujourd’hui concurrentes. Demain elles travailleront peut-être ensemble dans certains domaines, comme les achats. C’est en tout cas le souhait de Tim Clark, le président d’Emirates.

Emirates, la compagnie aérienne de Dubaï, n’exclut pas de coopérer avec Etihad, sa rivale d’Abu Dhabi. « Je pense que collaborer davantage avec eux serait créateur de valeur », a confié Tim Clark à l’agence Reuters. « Il existe de nombreux domaines dans lesquels les compagnies pourraient travailler ensemble, comme les achats »,  a-t-il poursuivi. Le dirigeant a ajouté que c’était à ses supérieurs de prendre la décision.

Pour autant, Tim Clark n’envisage pas une fusion entre les deux compagnies, à la manière d’Air France et KLM. « Mais cela ne dépend vraiment pas de moi »,  a-t-il précisé.

Interrogée par Reuters sur les propos de Tim Clark, Etihad Airways a répondu dans un email « qu’il était courant pour les compagnies aériennes de tirer parti des compétences nationales et de réaliser des économies d’échelle ». Elle s’est également dite ouverte à « une collaboration innovante avec d’autres organisations, quand cela a un sens économique et commercial ».

Les deux compagnies du Golfe ont vu leur rentabilité chuter ces derniers mois, en raison d’une concurrence accrue. Ceci a déjà conduit Emirates à se rapprocher de flydubai. Il est vrai que l’opération a été facilitée par le fait que ces deux compagnies sont détenues par l’émirat de Dubaï.

Etihad appartient quant à elle à l’émirat d’Abu Dhabi, mais elle est touchée par les difficultés de ses filiales Airberlin et Alitalia. Un changement de stratégie se dessine alors que l’équipe dirigeante est en train d’être remplacée. À partir de janvier prochain, Etihad sera dirigée par Tony Douglas, actuellement directeur de l’Équipement et du Soutien au ministère de la Défense du Royaume-Uni, une fonction qui fait de lui – justement – le responsable des achats pour les forces armées britanniques.

Laisser un commentaire