Embraer pourrait revenir sur le marché des turbopropulseurs

0
169
vues
Embraer

Seize ans après avoir arrêté la production en série de l’EMB 120, Embraer envisage de développer un nouvel avion turbopropulseur pour le transport de passagers.

L’avionneur brésilien a réuni cette semaine à son siège européen une vingtaine de compagnies aériennes du monde entier pour discuter du développement potentiel d’un tel avion. “Nous avons reçu des commentaires intéressants mais nous ne sommes qu’au début d’un très long processus” , a indiqué lors d’une interview avec ATW John Slattery, le directeur général d’Embraer.

Pour le constructeur qui a fait ses débuts dans les années 1960 avec un avion à hélices, l’EMB 110 Bandeirante, ce serait en quelque sorte un retour aux sources. Toutes versions confondues, l’appareil s’est vendu à près de 500 exemplaires. Son successeur, l’EMB 120 Brasilia, a été produit à plus de 350 unités.

La technologie des turbopropulseurs est quelque chose que nous connaissons très bien” , fait ainsi valoir John Slattery. Et sur le plan commercial, le marché potentiel recoupe la base existante d’opérateurs Embraer, ajoute-t-il.

Le dirigeant penche plutôt pour le développement de plusieurs variantes en termes de capacité, tout en se refusant de les détailler. Et surtout, il souligne que le lancement n’a pas encore été décidé.

John Slattery avait déjà évoqué en juin dernier la possibilité de lancer “une plateforme complémentaire” à la famille E2 pour couvrir l’ensemble du marché des avions régionaux. Une fois que le programme E2 sera entré en service, des ressources d’ingénierie seront disponibles, avait-il noté auprès de Flightglobal.

Le marché des turbopropulseurs représente aujourd’hui une centaine d’avions par an. Il est dominé par les ATR 42/72 et les Bombardier Q400. Selon le Wall Street Journal, John Slattery considère ces modèles comme “vieux de plusieurs dizaines d’années” , ce qui ouvrirait des perspectives à un nouvel appareil avec de nouveaux moteurs.

Leader sur le marché des turbopropulseurs avec 75% des livraisons, ATR semble pourtant minimiser l’arrivée potentielle d’un nouveau concurrent. Mercredi, son PDG Christian Scherer a déclaré à l’agence Reuters que le marché serait limité pour un troisième constructeur occidental de turbopropulseurs.

Visuels Embraer

Laisser un commentaire