Avarie moteur d’un A380 d’Air France : des pièces repérées au Groenland (BEA)

0
406
vues
Air_France_Airbus_A380_F-HPJA
Joe Ravi / Wikimedia CC BY-SA 3.0

Après l’avarie d’un moteur qui a contraint un A380 d’Air France à se dérouter samedi dernier vers Goose Bay, les autorités enquêtrices ont entrepris de rechercher au Groenland des éléments qui se sont détachés. Selon le BEA, des pièces ont été repérées.

Le vol AF66 Paris-Los Angeles du 30 septembre était en croisière au-dessus du Groenland au moment où le moteur numéro 4 (extérieur droit) a subi une avarie. “L’exploitation des données contenues dans l’enregistreur de paramètres (FDR) a permis de déterminer le lieu où l’avarie est survenue et de délimiter une zone de recherche des éléments qui se sont détachés” , a indiqué jeudi le Bureau d’Enquêtes et d’Analyses (BEA).

Il s’agit d’une zone désertique, couverte de glace, localisée à environ 150 kilomètres au sud-est de la ville de Paamiut, située sur la côte ouest, a précisé l’autorité qui conduit l’enquête par délégation.

Le BEA ajoute qu’à la demande du bureau danois d’enquêtes sur les accidents, un hélicoptère de la compagnie danoise Air Greenland a survolé hier 4 octobre cette zone et a repéré des pièces provenant du moteur. Le BEA est en relation avec son homologue danois pour organiser la récupération de ces éléments.

Les travaux d’analyse des données contenues dans les enregistreurs de bord se poursuivront dans les laboratoires du BEA. Les calculateurs du moteur vont également être analysés chez le constructeur de ces équipements aux États-Unis.

Les enquêteurs du BEA qui se sont rendus à Goose Bay et à Ottawa rentreront en France ce jeudi 5 octobre.

Rappelons que selon le BEA, les dommages sur l’A380 immatriculé F-HPJE semblent limités au moteur N°4 et à son environnement immédiat. La soufflante s’est détachée en vol, entraînant avec elle la perte de l’entrée d’air.

L’incident n’a fait aucun blessé parmi les 497 passagers et 24 membres d’équipage à bord. Les pilotes ont maîtrisé la situation et l’appareil s’est posé en sécurité à Goose Bay où il reste immobilisé pour le moment.

Il s’agit du premier incident sérieux impliquant un moteur GP7270 d’Engine Alliance, une co-entreprise de General Electric et Pratt & Whitney. Ce moteur équipe quelque 130 A380 dans le monde.

Photo Joe Ravi / Wikimedia CC BY-SA 3.0

 

Laisser un commentaire