Brexit : Wizz Air demande une licence britannique

Sa nouvelle filiale Wizz Air UK prévoit de démarrer ses opérations au printemps 2018.

0
476
vues
Airbus_A320_Wizz_Air
© Paul BANNWARTH

Wizz Air se prépare à la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne : la low-cost hongroise vient d’établir une filiale au Royaume-Uni, Wizz Air UK. Celle-ci a demandé un Certificat de transporteur aérien et une licence d’exploitation auprès de l’autorité de l’aviation civile britannique (CAA).

Sous réserve de l’obtention de ces documents, Wizz Air UK prévoit de débuter ses activités en mars 2018 avec “plusieurs appareils” immatriculés au Royaume-Uni, a indiqué la compagnie.

Wizz Air UK sera basée à l’aéroport de Londres-Luton, où Wizz Air Hongrie a ouvert une base opérationnelle en juin dernier. Elle y emploiera une centaine de salariés (direction, pilotes et personnels de cabine). Wizz Air Hongrie continuera l’exploitation des routes qui ne seront pas reprises par Wizz Air UK, ou en ouvrira de nouvelles. Le réseau Wizz Air au départ de Luton comprend actuellement 41 routes.

Cette démarche “témoigne de notre engagement envers l’important marché britannique”, a souligné dans un communiqué József Váradi, le directeur général de Wizz Air. “Il s’agit d’une étape naturelle dans le développement de nos activités au Royaume-Uni et cela apportera des investissements et des emplois supplémentaires à notre base britannique de Londres-Luton”.

Le dirigeant a poursuivi : “le Royaume-Uni reste le plus grand marché de voyages en Europe et nous sommes actuellement le 8e opérateur du Royaume-Uni. Cette décision s’inscrit également dans notre stratégie globale visant à assurer que nos opérations au Royaume-Uni soient prêtes pour le Brexit”.

Wizz Air dessert neuf aéroports au Royaume-Uni : Aberdeen, Belfast, Birmingham, Bristol, Doncaster/Sheffield, Glasgow, Liverpool, Londres-Gatwick et Londres-Luton. Au cours des 12 derniers mois, elle a transporté plus de 7 millions de passagers dans le pays, soit une croissance de 14% par rapport à un an plus tôt.

Laisser un commentaire