KLM : les PNC appelés à la grève le 8 janvier 2018

0
1271
vues
Boeing_777-200ER_KLM_aeroport_Amsterdam-Schiphol
© KLM

Le syndicat FNV Cabine a appelé les hôtesses et stewards (PNC) de KLM Royal Dutch Airlines à cesser le travail pendant 24 heures le 8 janvier 2018 pour protester contre la suppression d’un membre d’équipage sur certains vols long-courriers. La direction de la compagnie aérienne juge le mouvement “disproportionné” et invite à la poursuite des discussions.

Depuis la fin octobre 2016, KLM a supprimé un poste de PNC sur environ 40% des vols long-courriers. Appelée -1CA, la mesure a provoqué la colère des syndicats et de FNV Cabine en particulier. De courtes interruptions de travail, de quelques heures seulement, ont déjà été déclenchées, sans effet puisque la direction de KLM n’est pas revenue sur sa décision.

La coupe est pleine! Depuis plus d’un an, nous sommes envoyés dans le monde entier dans des conditions inapplicables en raison de la mesure -1CA”, déclare FNV Cabine dans un communiqué. Selon le syndicat, la décision entraîne une charge de travail supplémentaire et une dégradation du service pour les passagers.

Il est clair que KLM n’est pas impressionnée par les interruptions de travail de courte durée (…). La direction a apparemment besoin d’autres incitations pour bouger. Nous allons prendre soin de cela ensemble”, poursuit le syndicat. Il appelle ainsi les PNC de KLM à une grève de 24 heures le 8 janvier prochain afin que la compagnie retire la mesure -1CA.

FNV Cabine dit annoncer cette décision “longtemps à l’avance, afin que la direction ait la possibilité de répondre à notre revendication, ce qui mettrait fin au mouvement”.

FNV Cabine représente environ un quart des quelque 9 500 membres d’équipage de KLM et demande à VNC, le principal syndicat de PNC, de le rejoindre dans cette action. VNC n’avait pas répondu lundi matin.

KLM veut poursuivre les discussions

Pour sa part, KLM a aussitôt réagi à l’appel à la grève, en estimant le mouvement “disproportionné” et en demandant la poursuite des négociations.

Aart Slagt, directeur des ressources humaines, explique : “cet automne, KLM et FNV Cabine se sont entendus sur une nouvelle convention collective de travail. Ce résultat a finalement été rejeté par les membres de FNV. KLM a par la suite indiqué qu’elle voulait retourner à la table des négociations pour trouver des solutions. Nous avons également proposé qu’un médiateur soit nommé pour sortir de cette impasse”.

Le communiqué poursuit : “KLM pense que l’appel à cesser le travail à 24 heures est disproportionné . Bien qu’une telle action puisse s’insérer dans un agenda national, cela ne fait que créer des perdants”.

Aart Slagt en appelle ainsi FNV Cabine à revenir vers elle pour “une nouvelle convention collective de travail dans l’intérêt de KLM, de ses passagers et de ses employés”.

Laisser un commentaire