Airbus : le successeur de l’A320neo vers 2030 ?

1
4887
vues
Airbus_A320neo_D-AVVA
Airbus A320neo D-AVVA à Toulouse - Photo © Paul BANNWARTH

Selon John Leahy, le directeur des ventes d’Airbus, l’A320neo ne devrait pas avoir de successeur avant 2030, faute de technologie disponible pour développer un appareil nettement meilleur.

John Leahy, qui prendra sa retraite dans quelques semaines, a accordé fin décembre une interview à Leeham News. L’homme, qui compte plus de 16.000 commandes d’avions Airbus conclues sous sa direction, a évoqué de nombreux sujets avec le site américain. L’A320neo caracole en tête des ventes des avions commerciaux – Airbus revendique 60% de parts de marché sur le segment des monocouloirs. Mais alors que Boeing évoque un NMA (New Midmarket Aircraft) intermédiaire entre les monocouloirs et les gros-porteurs, voire un NSA (New Single-aisle Aircraft) qui suivrait deux ans plus tard pour remplacer le 737, la réponse d’Airbus à ces éventuels programmes est ouverte.

John Leahy – sans surprise – ne croit pas à l’intérêt des projets de Boeing. Et selon lui, lancer un tout nouveau monocouloir aujourd’hui ne fait pas sens économiquement. Un avion qui “change la donne” nécessiterait de nouveaux types de moteurs dont la technologie n’est pas encore disponible.

“Le NEO et le MAX sont 15% à 20% meilleurs que l’A321 de génération actuelle. Un appareil entièrement nouveau devra être 15 à 20% meilleur (que le NEO), ce qui nécessite de véritables percées technologiques, par exemple une soufflante non-carénée,” a expliqué John Leahy à Leeham News.

Et d’ajouter : “vous ne pouvez pas dépenser 15 milliards de dollars pour un tout nouvel avion monocouloir et prendre un moteur de technologie actuelle pour l’accrocher sous l’aile. L’avion ne serait que 5% meilleur que ceux d’aujourd’hui.”

En effet, selon John Leahy, les améliorations sur la cellule permettraient d’améliorer de 5% l’efficacité d’un aéronef, tandis que des moteurs de nouvelle technologie seraient susceptibles d’ajouter 15% d’efficacité supplémentaire, pour un total de 20%.

Les nouveaux moteurs évoqués par John Leahy sont aujourd’hui à l’étude par les motoristes. Notamment, CFM International, coentreprise de l’américain General Electric et du français Safran Aircraft Engines, planche sur deux projets : un moteur caréné à très fort taux de dilution (UHBR – Ultra-High Bypass Ratio) et un moteur sans carénage et équipé de deux hélices contrarotatives (Open Rotor). Mais ces nouveaux moteurs ne devraient pas être disponibles avant l’horizon 2025/2030.

En attendant, John Leahy a laissé entendre que dans l’éventualité où Boeing lancerait ses nouveaux programmes, Airbus pourrait répliquer en améliorant son A321neo. “Il pourrait s’agir d’un A321-Plus dans un avenir pas trop lointain, en 2022, 2023 ou 2024, juste au moment où ils (Boeing) pensent sortir leur avion pour le milieu du marché (MOM),” a-t-il déclaré.

John Leahy n’aura pas le loisir de participer à ces projets chez Airbus. Il prendra sa retraite fin janvier 2018 et sera remplacé par Eric Shulz, qui s’y connaît en matière de moteurs puisqu’il était jusqu’ici le président de Rolls-Royce Aerospace.

1 COMMENTAIRE

  1. ” Eric Shulz, qui s’y connaît en matière de moteurs puisqu’il était jusqu’ici le président de Rolls-Royce Aerospace.” Tout comme le Président de Bombardier Inc. M.Bellemare a été Président de Pratt & Witney Inc. Les moteurs des C Series sont de Pratt & Witney!

Laisser un commentaire