Alors que la certification de l’avion approche, Embraer annonce que les essais en vol de l’E190-E2 ont révélé des performances supérieures aux spécifications d’origine en matière de consommation de carburant ou au décollage.

Selon le constructeur brésilien, l’E190-E2 consomme 1,3% moins de carburant qu’initialement prévu. Ceci représenterait une amélioration de 17,3% par rapport à l’E190 de génération actuelle, et près de 10% de mieux que “son concurrent direct”. Embraer ne cite aucun nom mais l’E190-E2 rivalise notamment avec le Bombardier CS100 ou le Sukhoi SSJ100 parmi les avions en service.

“Les résultats des essais en vol ont également confirmé que l’E190-E2 était meilleur que sa spécification d’origine en matière de performances au décollage”, assure aussi le constructeur. Le rayon d’action depuis des aéroports situés dans des régions chaudes ou en altitude (hot and high), tels que Denver et Mexico, serait supérieur de 600 nm par rapport aux avions de génération actuelle. En s’envolant depuis une piste courte, comme à Londres-City, l’avion pourrait franchir 1 000 nm de plus, ce qui lui permettrait d’atteindre des destinations comme Moscou et le nord de l’Afrique.

En outre, Embraer affirme que l’E190-E2 devient “l’avion le plus respectueux de l’environnement” sur son segment, avec le plus faible niveau d’émissions polluantes et sonores. L’avion nécessiterait aussi “les intervalles de maintenance les plus longs sur le marché des monocouloir”, les contrôles de base devant être effectués toutes les 10 000 heures de vol. Selon le constructeur, “cela signifie 15 jours supplémentaires d’utilisation de l’avion sur une période de dix ans par rapport aux E-Jets de la génération actuelle”.

La certification de l’E190-E2 devrait intervenir d’ici quelques semaines. L’appareil est prévu d’entrer en service le 24 avril 2018 chez la compagnie régionale norvégienne Widerøe sur un vol entre Bergen et Tromsø.

Embraer_E190-E2_Wideroe
Embraer

 

Laisser un commentaire