Crash d’Iran Aseman Airlines : l’épave est localisée

0
606
vues
ATR_72_Iran_aseman
Aeroprints / Wikimedia

L’épave de l’ATR 72 d’Iran Aseman Airlines, qui s’est écrasé dimanche avec une soixantaine de personnes à bord, a été localisée mardi dans une zone montagneuse au sud-ouest de l’Iran. Des équipes sont mobilisées pour retrouver les corps et les enregistreurs de vol.

Selon l’agence de presse iranienne IRNA, un hélicoptère des Gardiens de la Révolution, l’armée d’élite du régime, a identifié mardi 20 février la “localisation précise” de l’épave, dans la montagne de Dena, à une altitude d’environ 4.000 mètres, au sud-ouest de l’Iran. “L’avion a été retrouvé mais nous n’avons pas d’informations précises sur les corps, car la neige les recouvre”, a déclaré le chef du centre iranien des situations d’urgence, Miztaba Khalidi.

IRNA ajoute que les corps et les débris de l’avion sont dispersés dans une zone qui sera fouillée “minutieusement” par le Croissant rouge iranien, qui dépêche des équipes sur place. Des experts d’Iran Aseman Airlines sont également mobilisés pour retrouver les enregistreurs de vol.

L’ATR 72-212, immatriculé EP-ATS (MSN391), effectuait dimanche 18 février le vol EP3704 depuis l’aéroport de Téhéran-Mehrabad vers Yasouj quand il a disparu des écrans radar vers 08h45, cinquante minutes après le décollage. Les recherches ont été compliquées par les importantes chutes de neige qui sévissaient dans la région.

Le constructeur ATR a précisé lundi que les circonstances de l’accident sont pour l’instant “inconnues”.

Iran Aseman Airlines a indiqué dans un premier temps que l’avion transportait 60 passagers, deux pilotes, deux PNC et deux agents de sécurité, avant de préciser que l’un des passagers n’avait pas embarqué, ramenant à 65 le nombre d’occupants.

En décembre 2016, l’Union européenne a placé Iran Aseman Airlines sur sa liste noire en raison de préoccupations en matière de sécurité concernant la compagnie elle-même.

Un journaliste iranien a publié sur Twitter des photos censées représenter le site du crash.

Laisser un commentaire