L’Iran cloue au sol les ATR d’Iran Aseman Airlines

0
1129
vues
ATR_72_Iran_aseman
Aeroprints / Wikimedia

L’Organisation de l’aviation civile iranienne (CAO) a décidé jeudi 22 février de suspendre provisoirement les vols des ATR de la compagnie Iran Aseman Airlines, après l’accident dimanche d’un de ses appareils qui a fait 66 morts.

Selon les agences de presse iraniennes, l’autorité a estimé que la décision de clouer au sol les ATR 72-200 et 72-500 d’Iran Aseman Airlines était “nécessaire” pour la sécurité des vols, en attendant les conclusions d’une “enquête approfondie.”

Selon Aviation Safety Network, la décision de la CAO concerne en fait tous les ATR 72-200 et 72-500 en service en Iran. Mais la compagnie Iran Aseman Airlines est seule à opérer ces types d’avions dans le pays. Les ATR 72-600 d’Iran Air ne sont pas concernés.

Iran Aseman Airlines indique sur son site Internet compter cinq ATR 72 en flotte. La compagnie est inscrite sur la “liste noire” de l’Union européenne depuis décembre 2016 en raison de préoccupations la concernant en matière de sécurité.

L’ATR 72-212 immatriculé EP-ATS (MSN391) s’est écrasé sur une montagne dimanche 18 février par mauvais temps, pendant l’approche à Yasuj dans le sud-ouest de l’Iran. Aucun des 66 passagers et membres d’équipage du vol EP3704 en provenance de Téhéran-Mehrabad n’a survécu.

Selon l’agence de presse IRNA, une vingtaine d’équipes de secours sont postées près de l’épave pour transporter les cadavres. 32 corps ont été repérés jusqu’ici et seront transférés à Yasuj pour identification.

Ce vendredi après-midi, les enregistreurs de vol n’avaient toujours pas été retrouvés. “Un groupe d’experts français s’est rendu sur les lieux de l’accident et commencera à travailler dès que le temps s’améliorera,” ajoute IRNA. Cette équipe se composerait de trois membres du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) et de quatre autres membres du constructeur ATR selon les sources de l’agence.

Lundi dernier, ATR a indiqué que les circonstances de l’accident sont “inconnues”.

Laisser un commentaire