Lufthansa fait une offre sur Alitalia

Lufthansa croit pouvoir offrir des perspectives à long terme à Alitalia en ne conservant qu'une partie des activités.

3
1164
vues
avions_Alitalia_Lufthansa
Lasse B / Wikimedia CC BY-SA 2.0

Le groupe Lufthansa veut créer une « Nouvelle Alitalia » : il a présenté lundi une offre de reprise partielle pour la compagnie aérienne italienne en difficulté.

Air Berlin jeudi dernier, Alitalia ce lundi. Lufthansa entend participer activement à la consolidation du transport aérien en Europe. Le groupe allemand a confirmé son intérêt pour la compagnie italienne. « Le groupe Lufthansa a présenté une offre par lettre aujourd’hui, exprimant son intérêt pour établir une ‘Nouvelle Alitalia‘ », a-t-il annoncé le 16 octobre dans un communiqué.

Le groupe précise qu’il a choisi de ne pas faire une offre sur la totalité d’Alitalia, mais seulement sur certaines activités. Il s’intéresse « à des parties » du réseau long-courrier de la compagnie italienne et du trafic point-à-point en Italie et en Europe.

« L’offre comprend un concept pour une Alitalia restructurée avec un modèle d’affaires ciblé (« NewAlitalia »), qui pourrait développer des perspectives économiques à long terme », a-t-il ajouté.

Lufthansa et les commissaires chargés de l’administration d’Alitalia sont convenus de garder confidentiels les détails de l’offre.

C’est à ce lundi 16 octobre 18h00 qu’a été fixée la date butoir pour soumettre une offre de reprise sur Alitalia, placée sous la tutelle du gouvernement italien depuis le mois de mai. Lufthansa devient ainsi le premier groupe aérien à confirmer son intérêt. Ryanair a déclaré forfait.

Pour autant, une décision définitive sur le dossier Alitalia n’est pas attendue avec plusieurs mois. Vendredi, le gouvernement italien a repoussé la finalisation du processus de vente à avril 2018, au lieu de novembre 2017. Soucieux d’assurer entre temps la continuité des opérations, il a également rallongé de 300 millions d’euros le prêt relais de 600 millions accordé à la compagnie aérienne. Le remboursement du crédit a également été reporté, de novembre 2017 à septembre 2018.

Selon le Corriere della Sera, l’offre de Lufthansa s’élèverait à 500 millions d’euros pour reprendre en partie la flotte, les personnels navigants et les créneaux d’atterrissage et de décollage. Les effectifs seraient diminués de moitié, et le réseau court et moyen-courrier réduit face la concurrences des compagnies low-cost. Le rôle de l’actionnaire Etihad Airways, qui détient 49% d’Alitalia, serait aussi à définir.

Reste à connaître la position du gouvernement italien face à cette hypothèse allemande qui risque de faire grincer des dents en Italie. Jusqu’à présent, il avait donné sa préférence pour une cession de la totalité d’Alitalia.

3 COMMENTAIRES

  1. pour moi, AirFrance-KLM devrait se positionner sur ce dossier !
    L’Italie reste le 4e marché européen et, même diminué, Alitalia reste le premier acteur de ce marché !!!
    Après , je pense que AF-KLM devrait proposer de reprendre l’ensemble d’Alitalia pour en faire son pilier LowCost au lieu de s’évertuer à courir après les concurrents avec un Transavia freiné dans son développement par les accords successifs avec les syndicats pilotes…
    AF-KLM a l’avantage d’avoir déjà mis en place des accords transalpins entre France et italie, de faire déjà parti d’une même JV transatlantique, de faire aussi parti de Skyteam…
    Pour rendre cela possible, il faut que AF-KLM propose de mettre fin aux contrats de travail actuels, pour ensuite proposer de ré-embaucher l’ensemble des salariés, mais à des conditions alignées sur Easyjet, Vueling (CC et MC) et Level pour le LC.
    Plus besoin de lancer JOON : c’est Alitalia qui le reprendrait !
    AF-KLM n’a pas su saisir l’opportunité de racheter Easyjet en son temps,; Les plats ne repassent pas 2 fois !
    Si LH se sert en premier, AF-KLM sera squizzé pour longtemps, et finira dans l’escarcelle de la compagnie allemande…

Laisser un commentaire