Ryanair : hausse de 11% du bénéfice semestriel

0
312
vues
© Paul BANNWARTH

Le bénéfice après impôt de Ryanair est en hausse de 11% au premier semestre, grâce à une progression du trafic et une réduction de la facture carburant. La prévision de bénéfice pour l’exercice complet est inchangée.

La low-cost irlandaise a publié mardi 31 octobre un résultat après impôt de 1,293 milliard d’euros pour la période du 1er avril au 30 septembre 2017 (+11%). Le chiffre d’affaires atteint 4,425 milliards (+7%). La marge nette s’affiche à 29%, en hausse de 1 point de pourcentage. La compagnie a transporté 72,7 millions de passagers en six mois, 11% de plus qu’un an plus tôt.

Ces bons résultats du premier semestre renforcent la robustesse de notre modèle de croissance pan-européen et à bas coûts, alors même que notre liste de pilotes en service a connu une défaillance début septembre”, a déclaré dans un communiqué Michael O’Leary, le directeur général de Ryanair.

Au cours du premier semestre, la compagnie a ouvert 3 bases et 80 routes. Elle a pris livraison de 35 Boeing 737-800. Durant le pic estival, le coefficient d’occupation a atteint 97% – un record.

Les recettes ancillaires sont en hausse de 14%. La dépense moyenne des passagers progresse de 2% car “davantage de clients ont choisi les services optionnels comme les sièges réservés, l’embarquement prioritaire et les locations de voiture”, a indiqué Michael O’Leary.

Les coûts unitaires sont en baisse de 5% et stables si l’on exclut le carburant. Malgré la hausse de 11% du trafic, la facture carburant est en baisse de 3%.

Une prévision de bénéfice inchangée pour l’année complète

Après la “crise des pilotes”, Ryanair a décidé de clouer au sol 25 avions (sur 400) entre novembre 2017 et mars 2018. La progression du trafic devrait ainsi ralentir à 4% au deuxième semestre. La compagnie s’attend maintenant à transporter 129 millions de passagers pour l’exercice complet, 2 millions de moins que prévu précédemment. “Nos réservations sont en hausse de 2% par rapport à la même époque de l’année dernière, mais à des tarifs plus bas”, a précisé Michael O’Leary. Les prix des billets de Ryanair devraient baisser de 4 à 6% durant l’exercice, un peu moins que prévu jusqu’ici (de 5 à 7%).

Les annulations de vols ont coûté 25 millions d’euros à la compagnie qui a dû rembourser, re-router et dédommager ses clients. Ryanair prévoit aussi de dépenser 45 millions d’euros pour améliorer la rémunération des pilotes (qui doivent encore accepter les nouvelles conditions), les recruter et les former.

Les coûts unitaires sur l’exercice complet devraient baisser de 2% (mais augmenter de 3% hors carburant).

Sur la base de ce qui précède, et avec la mise en garde habituelle sur la visibilité limitée des rendements au deuxième semestre, nous ne voyons aucune raison de modifier notre prévision de résultat qui reste dans une fourchette de 1,40 à 1,45 milliard d’euros”, a déclaré Michael O’Leary.

Par ailleurs, les incertitudes entourant le Brexit après mars 2019 continuent d’inquiéter Ryanair. “Il demeure un risque inquiétant que les vols entre le Royaume-Uni et l’Union européenne soit sérieusement perturbés en avril 2019, à moins qu’un accord bilatéral Royaume-Uni / Union européenne ne soit conclu avant septembre 2018. Comme les autres compagnies aériennes, nous avons besoin de clarté sur cette question avant de publier notre programme été 2019 à la mi-2018 et le temps est compté pour que le Royaume-Uni trouve une solution”, a indiqué Michael O’Leary.

Laisser un commentaire