Airbus : bilan contrasté pour les neuf premiers mois de 2017

0
1052
vues
© Paul BANNWARTH

C’est un bilan contrasté qu’a dévoilé Airbus pour les neuf premiers mois de l’année. Les résultats financiers se maintiennent et les prévisions de 2017 sont inchangées. Mais les prises de commandes des avions commerciaux reculent fortement et des affaires viennent assombrir l’horizon.

L’avionneur européen a publié le 31 octobre ses résultats pour les neuf premiers mois de l’année. Le chiffre d’affaires du groupe est stable, à 42,9 milliards d’euros (+1%). Le bénéfice net s’inscrit à 1,8 milliard, en légère hausse de 2% par rapport à la même période de 2016.

La division Commercial Aircraft, qui assure plus de 75% du revenu total, a vu son chiffre d’affaires progresser de 4%. Le résultat opérationnel (EBIT ajusté) accuse cependant une baisse de 16%, “en raison essentiellement d’un mix défavorable et de l’étalement des livraisons, ainsi que des prix de transition”, a expliqué le constructeur.

Entre début janvier et fin septembre, Airbus a remis à ses clients 350 exemplaires de la famille A320, 50 A350, 45 A330 et neuf A380. Un total de 454 avions, inférieur de huit unités à celui obtenu sur la même période de l’année dernière. “En dépit des problèmes de moteur que notre famille A320neo a rencontrés, les livraisons s’accélèreront nettement en fin d’année”, a assuré Tom Enders, le président d’Airbus.

Le constructeur prévoit toujours de livrer plus de 700 avions commerciaux en 2017, “sous réserve que les motoristes respectent leurs engagements”. Ce sont ainsi quelque 720 avions qui pourraient être livrés cette année, ce qui placerait Airbus à une quarantaine d’exemplaires derrière son concurrent américain Boeing.

Le programme A320neo toujours face à des difficultés

La montée en cadence industrielle de l’A350 poursuit sa progression, le programme étant en bonne voie pour atteindre l’objectif de production de 10 exemplaires par mois d’ici la fin 2018.

Mais le programme A320neo continue de rencontrer des difficultés, près de deux ans après la première livraison. L’objectif de début d’année de livrer 200 exemplaires en 2017 devrait être manqué de peu, la montée en cadence de production restant sujette à des défis. En cause, des problèmes avec les moteurs Pratt & Whitney et, dans une moindre mesure, avec ceux de CFM International.

Selon le communiqué d’Airbus : “la priorité est donnée à la livraison de moteurs de rechange aux clients. Au début de l’année 2017, l’objectif portait sur la livraison d’environ 200 A320neo au cours de l’exercice. En raison des problèmes de disponibilité des moteurs et de leur répartition entre les fabricants d’équipement d’origine (OEM) et les centres de rechanges, les livraisons d’A320neo devraient désormais être légèrement en deçà de cet objectif”.

Les commandes en berne

Sur le plan commercial, Airbus évoque un environnement “sain”. Mais ses commandes d’avions commerciaux sont en forte baisse : -29% en volume et -35% en valeur par rapport aux neuf premiers mois de 2016. Entre début janvier et fin septembre, l’avionneur a reçu 271 commandes nettes, contre 380 un an plus tôt.

Airbus attribue cette situation au manque de créneaux de livraison disponibles. Mais selon certains analystes, les enquêtes en cours sur des soupçons de corruption au sein du groupe pourraient aussi jouer un rôle en perturbant les forces de vente.

Ces enquêtes ont été initiées par le Serious Fraud Office (SFO) britannique et le Parquet National Financier (PNF) français à la suite de l’auto-divulgation par Airbus auprès des autorités britanniques. Airbus dit coopérer “pleinement” mais il estime que “la condamnation potentielle au paiement d’amendes (et des sommes correspondantes) ou de toute autre sanction (…) pourrait avoir un impact substantiel sur les résultats financiers, commerciaux et opérationnels”.

Par ailleurs, l’avionneur a révélé hier une nouvelle affaire, concernant cette fois-ci des “inexactitudes” dans les déclarations qu’il a faites au Département d’Etat américain dans le domaine de l’armement. Là aussi, Airbus a choisi de jouer cartes sur table avec les autorités mais il ne cache pas que ce dossier pourrait une nouvelle fois avoir de lourdes conséquences.

En dehors de ces affaires, le carnet de commandes comprend 6 691 avions commerciaux restant à livrer au 30 septembre, ce qui assure à Airbus plusieurs années de production. Néanmoins, la valeur de ce carnet de commandes, à 897,1 milliards de dollars, est en baisse de 11% par rapport au 31 décembre 2016.

Laisser un commentaire