Brexit : Ryanair demande une licence britannique

0
714
vues
Boeing_737-800_Ryanair
Photo © Paul BANNWARTH

La low-cost irlandaise Ryanair a demandé un Certificat de transporteur aérien britannique, estimant que cela pourrait être nécessaire pour maintenir ses vols intérieurs au Royaume-Uni après le Brexit.

Depuis le vote des citoyens britanniques pour la sortie de l’Union européenne en juin 2016, les négociations entre Londres et Bruxelles ont peu avancé dans le domaine de l’aviation et Ryanair joue la prudence.

La compagnie a confirmé à Sky News le 2 janvier 2018 qu’elle compte lancer une filiale Ryanair UK pour ses trois lignes intérieures britanniques qui représentent environ 2% de son activité. Il s’agit des liaisons reliant sa base de Londres-Stansted à Belfast, Édimbourg et Glasgow. “Une filiale Ryanair UK a déposé une demande le 21 décembre dernier pour un Certificat de transporteur aérien (CTA) auprès de la Civil Aviation Authority du Royaume-Uni, car cela pourrait être nécessaire pour les trois lignes intérieures de Ryanair en cas de Brexit dur en mars 2019,” a indiqué la compagnie enregistrée à Dublin.

En septembre dernier, Michael O’Leary, le directeur général de Ryanair, se disait “préoccupé” par les incertitudes entourant le départ du Royaume-Uni de l’Union européenne en mars 2019. Ses craintes portaient sur “l’absence de temps” ou “de bonne volonté des deux parties” pour négocier en temps utile un traité bilatéral qui remplace l’adhésion du Royaume-Uni au Ciel Ouvert européen. Il entrevoyait la possibilité qu’à partir d’avril 2019, les vols de Ryanair entre le Royaume-Uni et l’Europe soient momentanément “perturbés et/ou annulés,” et ses avions “déplacés vers l’Europe continentale” . Des perspectives évoquées par la dirigeant à maintes reprises auparavant.

Ryanair n’est d’ailleurs pas la seule compagnie aérienne à s’inquiéter des conséquences du Brexit. La low-cost hongroise Wizz Air a également demandé un Certificat de transporteur aérien britannique en octobre dernier. De son côté easyJet, enregistrée au Royaume-Uni, a constitué une filiale autrichienne, easyJet Europe, pour être certaine de maintenir ses opérations en Europe après le Brexit.

Laisser un commentaire