Brussels Airlines sera responsable du long-courrier d’Eurowings

0
801
vues
Airbus_A330-300_Brussels_Airlines
Airbus A330-300 de Brussels Airlines - Photo © Paul BANNWARTH

Brussels Airlines sera responsable de l’activité long-courrier d’Eurowings en forte croissance, tout en restant une compagnie aérienne belge proposant des vols en Belgique. C’est en tout cas ce qu’a indiqué mercredi Thorsten Dirks, le directeur général d’Eurowings, filiale low-cost de Lufthansa.

Après le débarquement du directeur général et du directeur financier de Brussels Airlines lundi dernier, le groupe Lufthansa tente de rassurer les employés de la première compagnie aérienne belge. Thorsten Dirks, membre du Comité exécutif de Lufthansa Group, directeur général d’Eurowings et également membre du Conseil d’administration de Brussels Airlines, a rencontré mercredi matin les représentants du personnel de Brussels Airlines lors d’un comité d’entreprise.

Le dirigeant a assuré que la compagnie resterait belge et deviendrait en outre un centre d’excellence pour l’activité long-courrier d’Eurowings.

“Tout d’abord, Brussels Airlines restera Brussels Airlines. Nous continuerons d’avoir une société belge avec plus de 3.000 employés belges et nous continuerons aussi à avoir une marque belge avec une forte touche belge”, a déclaré le dirigeant du groupe Eurowings, cité dans un communiqué.

En outre, Brussels Airlines deviendra le centre d’excellence long-courrier et sera entièrement responsable de l’activité long-courrier en forte croissance du groupe Eurowings,” a-t-il ajouté.

À la fin de cette année, le groupe disposera de vingt avions gros-porteurs, dont sept à Düsseldorf et trois à Munich exploités sous la marque Eurowings et toujours dix de Brussels Airlines à Bruxelles-Zaventem.

À court terme, aucun changement majeur n’est donc à attendre en Belgique. “Brussels Airlines reste le transporteur principal à l’aéroport de Bruxelles, avec des vols court et long-courriers”, a déclaré Thorsten Dirks lors d’une conférence de presse. “Nous cherchons la croissance. Il n’y a donc aucune raison de supprimer des liaisons au profit de l’Allemagne, ni pour le long ni pour le moyen-courrier, et il n’y a pas de projet allant dans ce sens”, a-t-il assuré.

La compagnie belge deviendra également un centre de compétences pour l’Afrique pour le groupe Lufthansa, qui a l’intention de se développer dans cette région.

Reste une inconnue, l’emploi. Thorsten Dirks a déclaré qu’il fallait “optimiser” les coûts. “On ne parle pas de low cost mais bien du coût le plus bas possible. Il n’est pas question d’un Ryanair à la belge”, a-t-il précisé.

Thorsten Dicks présentera le 12 mars prochain un plan stratégique global pour le groupe Eurowings et son impact sur Brussels Airlines.

Laisser un commentaire