Air France : les pilotes votent en faveur d’une grève longue

0
1699
vues
Airbus_A321_Air_France_F-GTAX
Airbus A321 d'Air France à Toulouse - © Paul BANNWARTH

Consultés par le SNPL, les pilotes d’Air France se sont prononcés en faveur d’arrêts de travail de plus de six jours s’ils n’obtiennent pas une hausse de 10,7% de leur rémunération.

Le SNPL Air France Alpa a organisé un référendum auprès des pilotes d’Air France en vue d’obtenir leur approbation sur une grève de plus de 144 heures (soit plus de six jours). L’organisation réclame pour tous les pilotes d’Air France une augmentation globale de 10,7%, dont 6% “pour rattraper l’inflation des six dernières années” durant lesquelles les grilles salariales étaient bloquées.

54,3% des pilotes de la compagnie ont pris part au scrutin et 71% d’entre eux ont voté “oui”, a indiqué mercredi le syndicat.

Parmi les adhérents du SNPL, le taux de participation a atteint 71% et le “oui” a remporté 71,1% des suffrages, précise le communiqué.

“Le principe d’arrêts de travail d’une durée de plus de 144 heures pour aller chercher nos augmentations recueille un très large soutien des pilotes,” estime le SNPL.

Pour le syndicat, le résultat du référendum “démontre que les pilotes ont parfaitement compris que ces augmentations étaient maintenant nécessaires et surtout qu’elles ne mettaient nullement en péril l’avenir de l’entreprise, bien au contraire.”

Les pilotes “sont prêts à démontrer leur détermination sans limite,” prévient le SNPL, qui déplore “devoir systématiquement recourir à des arrêts de travail pour obtenir ce que nos collègues pilotes à l’étranger obtiennent naturellement…”

Pour mémoire, onze syndicats d’Air France, dont le SNPL, ont appelé à la grève le 23 mars, après une première journée le 22 février. Pas plus tard que mardi, la direction d’Air France a de nouveau fermé la porte à leurs revendications. En revanche, la compagnie s’est déclarée prête à négocier “un mécanisme d’ajustement salarial pour rattraper la baisse de pouvoir d’achat des personnels dont le salaire individuel de 2017 comparé à celui de 2011 aurait augmenté moins vite que l’inflation sur la même période.

L’offre a été fraîchement accueillie par les organisations syndicales. Elles doivent se rencontrer jeudi 15 mars pour éventuellement “durcir le mouvement.”

Laisser un commentaire