Assises du transport aérien : le gouvernement annonce une réduction de la taxe d’aéroport

0
726
vues
Aeroport_Paris_Charles_de_Gaulle_terminal_2F
Aéroport Paris-Charles de Gaulle terminal 2F Eric Salard CC BY-SA 2.0

Lors de l’inauguration mardi des Assises du transport aérien français, la ministre des Transports Élisabeth Borne a annoncé que la majoration de la taxe d’aéroport serait réduite d’environ 30% par passager à compter du mois prochain. Une première mesure pour améliorer la compétitivité du secteur.

Notant les écarts de compétitivité du pavillon français avec les autres États membres de l’Union européenne, la ministre a déclaré qu’il y avait “une certaine urgence à construire la réponse,” non sans rappeler “la situation de nos finances publiques.” Élisabeth Borne a ainsi annoncé que la majoration de la taxe d’aéroport serait limitée à 0,90 euro par passager à compter du 1er avril 2018, au lieu de 1,25 euro, soit une réduction d’environ 30%.

“Au total, avec la baisse sur certains grands aéroports en région, il s’agit de 50 millions d’euros de taxe en moins pour les compagnies aériennes sur une année, ce que permet le retour à l’équilibre en 2017 du dispositif de la taxe d’aéroport,” a-t-elle précisé.

Très attendues par les professionnels du secteur, les Assises du transport aérien ont été inaugurées le 20 mars. L’objectif est d’améliorer la performance du pavillon français, qui “a perdu 17 points de part de marché depuis 2000 et ne capte que 10 % de la croissance annuelle du marché domestique,” selon la ministre.

Élisabeth Borne a plaidé pour une stratégie nationale du transport aérien. “Demain, dans 20 ans, le trafic doublera à l’échelle planétaire. La France doit prendre sa part à cette croissance, qui s’accompagnera du renouvellement et de la modernisation des flottes, créera de nouveaux emplois, stimulera la recherche et l’innovation. Il faut pour cela une stratégie nationale,” a-t-elle déclaré.

Les Assises sont organisées autour de cinq thématiques liées à “la performance”: l’économie, les territoires, l’environnement, l’innovation et le social. Les travaux se dérouleront sur six mois pour une clôture en septembre. L’essentiel des ateliers, colloques et groupes de travail qui abriteront les débats se termineront début juillet. “L’été sera un temps de synthèse et de préparation des décisions du gouvernement,” a promis Élisabeth Borne.

Laisser un commentaire