easyJet à la conquête de l’Allemagne

0
1477
vues
Airbus_A319_easyJet_Hamburg-livery
A319 d'easyJet en livrée "Hambourg" - photo © Paul BANNWARTH

Alors qu’elle se prépare à devenir la première compagnie à Berlin, la low-cost britannique easyJet vient d’obtenir des créneaux de décollage et d’atterrissage à Francfort.

Aujourd’hui, easyJet ne dessert pas Francfort mais ses avions pourront bientôt se poser sur le premier aéroport d’Allemagne. Selon Reuters, la compagnie orange a obtenu des créneaux d’atterrissage et de décollage. L’information a été confirmée par Fraport, la société gestionnaire de l’aéroport.

Si l’attribution des créneaux est confirmée, easyJet n’a pas précisé quand elle allait démarrer ses opérations à Francfort. La nouvelle confirme cependant la croissance des low-cost sur cet aéroport – et les ambitions d’easyJet en Allemagne.

L’aéroport de Francfort a modifié récemment sa grille tarifaire pour séduire les compagnies à bas coûts. Ce changement a provoqué l’ire de Lufthansa, le premier opérateur de la plateforme, mais le conflit semble en voie de se résoudre. Aujourd’hui, deux compagnies low-cost y sont actives, Wizz Air et surtout Ryanair qui s’y développe fortement.

Reste à connaître l’ampleur des futures opérations d’easyJet à Francfort. Selon Reuters, le directeur général de Fraport s’attend à ce que la compagnie utilise ses créneaux pour des vols Francfort-Berlin. Il s’agissait de l’une des routes les plus fréquentées de la compagnie Air Berlin qui a cessé ses activités le 28 octobre.

Avec plus de 190 millions de passagers annuels, l’Allemagne est deuxième marché aérien d’Europe après le Royaume-Uni. Pourtant, easyJet y est relativement peu investie, avec cinq destinations, deux bases (Berlin-Schönefeld et Hambourg) et 93 routes à l’été 2017. En fonction de ces critères, c’est deux à trois fois moins que sa présence en France.

La compagnie a cependant marqué son intérêt pour ce marché au coeur de l’Europe. Elle a conclu le mois dernier un accord avec Air Berlin évalué à 40 millions d’euros. À la clé, la reprise de 25 Airbus A320 stationnés à Berlin-Tegel et les créneaux d’atterrissage et de décollage sur cet aéroport. Ces nouvelles opérations d’easyJet s’ajouteront à sa base existante à Berlin-Schönefeld, où sont stationnés douze A320 pour une cinquantaine de destinations. easyJet deviendra ainsi la première compagnie dans la capitale allemande.

Pour autant, easyJet a connu récemment un revers en Allemagne. La compagnie a décidé de fermer sa base à Hambourg à partir de l’été 2018 et d’y réduire de 70% sa capacité. Ouverte il y a seulement trois ans, en 2014, cette base n’a pas atteint les objectifs fixés. easyJet a expliqué en effet qu’elle n’est que le quatrième opérateur à l’aéroport de Hambourg alors qu’elle visait la première ou deuxième place.

En signant l’accord avec Air Berlin, easyJet a d’ailleurs rappelé que sa stratégie est « d’investir de manière ciblée dans de solides positions de numéro un dans les principaux aéroports européens (ou de numéro deux après un opérateur historique) ».

Laisser un commentaire