Brexit : easyJet demande un nouveau CTA britannique

0
1320
vues
Airbus_A320_easyJet
© Paul BANNWARTH

easyJet se prépare à la sortie du Royaume-Uni hors de l’Union européenne. La low-cost britannique crée une nouvelle filiale au Royaume-Uni, easyJet UK, pour laquelle elle demande un Certificat de transporteur aérien (CTA), avec l’espoir de l’obtenir dans les prochaines semaines.

easyJet PLC est enregistrée au Royaume-Uni et détient déjà un CTA britannique. Mais l’entreprise est en train de faire évoluer son actionnariat afin que le capital soit détenu en majorité par des investisseurs européens et non plus britanniques. Ceci permettra à easyJet d’être considérée comme une compagnie européenne après le Brexit en mars 2019. Dans ce cadre, la nouvelle filiale easyJet UK exploitera les quelque 140 avions basés au Royaume-Uni. Il s’agira du quatrième CTA d’easyJet, après ceux déjà obtenus en Suisse (easyJet Switzerland, 25 avions) et en Autriche (easyJet Europe, environ 100 avions).

“Le Brexit est l’un des plus gros problèmes de l’industrie aérienne européenne”, a expliqué lors de l’Assemblée générale du 8 février 2018 John Barton, le président d’easyJet PLC, cité dans un communiqué. “Alors que nous mettons en place la structure post-Brexit d’easyJet, nous demandons un CTA britannique, easyJet UK, qui exploitera nos avions basés au Royaume-Uni. Ce dossier progresse bien et nous espérons que la CAA (l’autorité de l’aviation civile britannique, NDLR)  délivre le CTA dans les prochaines semaines. Dans le cadre de ce processus, le ministère britannique des Transports a informé cette semaine la CAA qu’easyJet UK peut se voir accorder ce CTA en tant que compagnie aérienne britannique, statut qui sera maintenu après le départ du Royaume-Uni de l’UE, alors qu’easyJet PLC sera détenue majoritairement par des capitaux de l’UE”.

Face aux incertitudes du Brexit, easyJet suit donc la même voie que deux autres low-cost européennes. L’irlandaise Ryanair et la hongroise Wizz Air ont chacune établi une filiale au Royaume-Uni, Ryanair UK et Wizz Air UK, et demandé un CTA britannique.

Au demeurant, John Barton est optimiste sur la possibilité d’un accord entre l’UE et le Royaume-Uni dans le domaine du transport aérien. “Étant donné que les consommateurs, les compagnies aériennes et les politiciens au Royaume-Uni et en Europe veulent tous que les vols entre le Royaume-Uni et l’UE se poursuivent après le Brexit, nous sommes convaincus qu’il y aura un accord”, a-t-il déclaré.

Laisser un commentaire