Delta s’intéresse au Boeing 797

1
5594
vues
Visuel d'un 737 MAX - Boeing

Alors que Boeing projette de lancer un nouveau programme pour le milieu du marché, baptisé 797 par certains, Delta Air Lines veut faire partie des premiers clients.

Delta n’est pas fâchée contre Boeing malgré la récente dispute sur les droits de douane du Bombardier C Series. Ed Bastian, le directeur général de Delta, a fait part de son intérêt pour l’éventuel 797. “J’espère que nous serons un client de lancement de ce programme”, a-t-il déclaré dans un message aux employés de la compagnie, rapporte Bloomberg. Delta semble même vouloir jouer un rôle “actif” dans le développement du programme, qui serait le premier tout nouvel avion de Boeing après le 787 Dreamliner.

L’industriel américain souhaite combler un fossé dans sa gamme. Le 797 serait positionné entre le 737 MAX 10 et le 787-8. Deux variantes sont envisagées, l’une pouvant transporter 225 passagers sur 5.000 nm et l’autre, 275 passagers sur 4.500 nm. Le fuselage, de forme ovale, permettrait de répartir les rangées de sièges entre deux couloirs et d’optimiser la capacité cargo en soute. Cette conception vise à alléger l’appareil et à accélérer l’embarquement des passagers pour des rotations plus rapides sur les aéroports.

“Delta trouve que ce concept est intéressant et pourrait servir à remplacer sur le long terme certains 757 et 767”, a confirmé à Reuters un porte-parole de la compagnie. “Delta est activement engagée avec Boeing à ce sujet et nous continuerons à échanger à mesure que le programme arrive à maturité”, a-t-il ajouté.

Le projet, destiné à donner un successeur au 757, est appelé NMA (New Mid-sized Airplane or New Market Airplane) par Boeing et 797 par les analystes. Delta n’est pas la seule à s’y intéresser. United Airlines, Alaska Airlines et le loueur AerCap ont également accueilli le concept avec enthousiasme. L’avionneur américain l’évoque publiquement depuis le salon du Bourget 2015 mais il a récemment franchi certaines étapes. En novembre 2017, il a nommé une figure de l’entreprise, l’ingénieur en chef du projet 777X, Terry Beezhold, au sein de la nouvelle équipe “797”. Reste qu’il faut encore sélectionner une ou plusieurs motorisations. Et surtout lancer le programme. Dans cette éventualité, l’avion pourrait entrer en service au milieu des années 2020. Les analystes estiment les coûts de développement à 10 ou 15 milliards de dollars.

De son côté, Delta a commandé ferme 100 A321neo à Airbus en décembre 2017, avec la possibilité d’en confirmer 100 autres à une date ultérieure. Néanmoins, le 797 offrirait à la compagnie aérienne un rayon d’action supérieur et une capacité cargo plus importante. Et “Delta a besoin de Boeing et d’Airbus”, comme le note un analyste du secteur interrogé par Bloomberg, George Hamelin. Si une compagnie devient dépendante d’un seul constructeur, elle perd en influence dans les négociations.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire