Air France : l’intersyndicale appelle à une nouvelle grève le 30 mars

3
1368
vues
Airbus_A321_Air_France
Photo © Paul BANNWARTH

Dix syndicats d’Air France, tous métiers confondus, appellent à la grève le 30 mars pour réclamer une augmentation générale des salaires de 6% et n’excluent de nouvelles actions après cette date.

Air France est menacée d’une troisième grève depuis le début de l’année, après le mouvement du 22 février qui a cloué au sol un quart des vols et celui prévu le 23 mars. Dans un tract intitulé “Conflit à Air France,” l’intersyndicale appelle à un arrêt de travail le vendredi 30 mars, veille du week-end de Pâques.

Les dix organisations de pilotes (SNPL, SPAF et Alter), d’hôtesses et stewards (SNPNC et UNSA-PNC) et de personnels au sol (CFTC, CGT, FO, SNGAF et SUD) exigent toujours une augmentation générale de la grille des salaires de 6% “au titre de l’inflation perdue” sur la période 2012-2018. Une rencontre avec la direction d’Air France a eu lieu mardi 13 mars. La compagnie s’est déclarée prête à négocier un ajustement salarial pour certains employés.

L’offre a provoqué l’ire de l’intersyndicale. Selon elle, la réunion “s’est révélée une fois de plus stérile,” la direction cherchant à “diviser les salariés” avec sa “‘proposition’ d’individualiser les augmentations en fonction de la perte d’inflation depuis 2011.”

Les organisations maintiennent la pression. Elles prévoient d’ores et déjà de se réunir le 26 mars “pour annoncer le calendrier des actions à venir si la direction persiste à refuser d’ouvrir des négociations” sur la base d’une augmentation générale des salaires.

Jusqu’à présent, Air France considère que sa situation économique et financière ne lui permet pas de répondre à cette revendication, “sans compromettre sa stratégie de croissance, d’investissement et de reprise des embauches,” dans un environnement concurrentiel “particulièrement agressif.”

Dans une note interne, la compagnie aérienne a estimé à 26 millions d’euros le coût de la grève pour la journée du 22 février.

3 COMMENTAIRES

  1. Sérieusement, le droit a la grève devrait être abolit. Chez AF c’est quasiment 3-4 semaines de grève par an c’est beaucoup trop.
    Il faut virer tous ces grévistes, des élèves pilotes arrivent, vaut mieux les prendres eux que de garder ces connards de grévistes (surtout le SNPL).
    Au titre de l’inflation perdu AF va perdre les bénéfices avec toutes ces grèves, les employés sont inconscients surtout les pilotes.
    La révolte des passagers envers les grévistes arrivera et fera mal croyez moi.
    Selon un emplie AF au sol, ils pensent que l’état sauvera AF quoi qu’il arrive, donc il se permettent de faire ce qu’ils veulent.

  2. Je dois partir avec Air France en avril. Ces menaces de grève m’angoissent car cela remet en cause tout mon planning : peut-être possible de se faire indemniser l’avion mais pas les réservations à destination. Tant pis je ferai comme les autres, je prendrai une autre compagnie ! On se souvient ce que ça a donné les grèves à la SNCM : la compagnie a coulé et les grévistes sur la paille, tous au chômage ! Air France suit le même chemin ! Des pilotes grassement payés par rapport aux étrangers ! L’égoïsme mène à la perte ! Elle est belle l’image de la France !

  3. Franchement bien d’accord avec les commentaires. Je suis expatrié en Allemagne depuis 5 ans et plus jamais je ne prends air France à cause de ces foutues grève à répétition (même quand je rentre en métropole) je préfère payer plus cher mais être sure d’arriver (merci Lufthansa). Une vrai honte cette mentalité..

Laisser un commentaire